Category Archives: Formation

  • -

Le e-Poster comme outil de com !

La formation TECSAN propose un nouveau mode de communication à ses étudiants de licence : le e-poster

Communiquer et diffuser ses résultats de façon claire, nette et concise à un public interne ou externe à son entreprise et ce quel que soit son secteur d’activité est devenu fondamental.

Les étudiants de 2ème année de licence se sont essayés à cet exercice dans l’objectif de présenter les métiers des industries de Santé via un support de e-poster consultable sur le site Web de la formation.
Le Studio du Collège Santé de l’Université de Bordeaux nous a ouvert ses portes pour réaliser enregistrement et montage.

Les étudiants de licence sont fiers de vous présenter leurs productions.

Deux métiers du marketing pharmaceutique
Chef de projet recherche & développement
Attaché de recherche technique
L’assurance qualité en industrie pharmaceutique

Merci à Matthieu Harquin d’avoir permis la concrétisation de ce projet.


  • -

Ateliers de Management Lab de Sanofi

Clap de fin pour le projet « Ateliers MLab chez les TECSAN » mené en mars ! :’(

Quatre replays ont été réalisés en visio conférence pour les étudiants du master TECSAN de Bordeaux par les Ateliers MLab de Sanofi Montpellier.

Au programme :
– Le feedback
– Apprendre autrement avec le 70/20/10
– Getting things done
– L’intelligence collective

Merci aux participants et aux animateurs 😀

Isaure Tétard (M2 TECSAN)


  • -

Et…Action !

Le Théâtre d’Improvisation, A serious game
Comme chaque année, les étudiants de deuxième année du Master TECSAN se retrouvent pour trois jours de cours de théâtre immersifs avec une professionnelle d’Art dramatique diplômée en Sciences de l’Éducation.

Au programme, travailler ses soft skills en se prêtant au jeu du comédien improvisateur :

Être attentif aux autres et à l’écoute, s’impliquer coûte que coûte, être bienveillant, empathique et donner sa confiance, accepter les contraintes comme des opportunités et s’adapter.
L’improvisation est donc à l’honneur. Les étudiants se sont confrontés à de nombreux rôles avec des lieux, des thèmes et émotions tirés au sort…Place au jeu !

Chacun d’entre eux à pu travailler ses techniques et gagner en confiance pour vaincre sa timidité et donner libre cours à sa créativité.
Durant ces ateliers intensifs, les étudiants ont également perfectionné leur capacité d’expression et de communication verbale, non verbale et paraverbale.

Malgré les conditions sanitaires, un esprit de troupe s’est constitué durant ses trois jours, et les soutiens et solidarités n’ont pas manqué. Jusqu’à la représentation finale, jouée à guichets fermés, ou le sérieux et la fantaisie de chacun ont donné les ingrédients d’une créativité collective détonante. Parodies d’émissions de télévision, bandes annonces, publicités ou duos feutrés ont rythmé ce dernier « Jeu sérieux », grâce à l’engagement de chacun et à la confiance établie avec notre professionnelle d’art dramatique.

Un grand merci à Cécile Cochelin, pour la patience et les conseils qu’elle a su prodiguer à nos étudiants lors de l’enseignement Théâtre qui aura su à coup sûr resserrer les liens au sein de la promotion et peut-être même faire naître des vocations de futurs comédiens chez certains…


  • -

Stratégie & Marketing à l’heure du digital et de l’Intelligence Artificielle : comprendre les enjeux et muscler sa proposition de valeur.

Thierry Loriot, fondateur et directeur de TLC Strategy, venait les 7 et 8 décembre 2020 animer un workshop où 8 étudiants TECSAN UE Marketing, M1 et M2 confondus, se sont formés à la construction de business model puis de proposition de valeur.

Digital et I.A. sont souvent mis en avant lors d’argumentaires marketing, ils ne constituent pourtant que des outils, souvent puissants, au service d’une stratégie qui doit placer les utilisateurs au centre des préoccupations.
L’innovation en santé doit toujours répondre au mieux à trois impératifs : Améliorer l’accès, Améliorer la qualité, Diminuer les coûts, c’est avec ces objectifs en tête que les étudiants ont abordés ces 2 jours.

Afin de mieux appréhender les enjeux du digital et de l’IA, la formation intégrait également une revue complète des domaines sur lesquels investisseurs et entrepreneurs de la santé parient : diagnostic, traitement et suivi à distance, algorithmes de dosage et de prédiction…

Son but étant de donner donner aux étudiants des clés pour :
– décoder l’entreprise, son mode de relation avec ses clients et son écosystème,
– envisager comment et pourquoi innover en utilisant le digital spécifiquement dans le domaine de la santé,
– comprendre que chaque brique du business model est susceptible d’être repensée.
Autant de notions essentielles pour toute entreprise, laboratoires pharmaceutiques y compris, afin de construire une stratégie marketing solide.

Cette formation pratique repose sur la méthodologie élaborée par Thierry Loriot depuis 7 ans :
– Fuel : un temps de découverte et de stimuli indispensables pour bousculer les aprioris et susciter l’envie de s’attaquer aux vrais problèmes.
– Design : co-construction en phase avec les attentes des utilisateurs des solutions possibles et visualisation du possible business model et de la nouvelle proposition de valeur.
– Execute : garantir qu’avec les bons outils, la transformation sera facilement communiquée, comprise, acceptée et mise en place.

Après une journée et demie de présentation et d’apprentissage sur l’utilisation de ces outils, les 8 étudiants ont été amenés à réfléchir eux-mêmes à un business model complet en choisissant de travailler à une solution qui permettrait de désengorger les services d’urgence hospitaliers.

Ces 2 jours ont été l’occasion d’avoir un partage d’expérience riche et de bénéficier d’une vision pragmatique et nouvelle, sur le marketing d’aujourd’hui et de demain, à l’heure où le modèle pratiqué encore aujourd’hui dans de nombreux laboratoires est vieillissant.

Cette UE Marketing, nouveauté 2020, a permis aux étudiants se destinant à une future carrière dans ce domaine, d’acquérir les premières clefs nécessaires à la compréhension de ce secteur en évolution permanente.

De telles UE, dispensées par des intervenants motivants et passionnés, répondent parfaitement au programme d’enseignement sur mesure et de haut niveau organisé par le cursus Tecsan.
Un grand merci à Thierry Loriot pour sa disponibilité et sa bienveillance !


  • -

START-UPS ET INNOVATION DANS L’INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE

Start-up (n.f) : Jeune entreprise, souvent innovante, promise à une croissance importante et rapide. La start-up développe son offre (par des activités de recherche et de développement et/ou d’étude de marché) ou recherche de premiers débouchés commerciaux (identification de prospects ou de partenaires commerciaux).

Aujourd’hui, le mot « start-up » est devenu en l’espace de quelques années un terme régulièrement employé dans les médias et dans le monde entrepreneurial. Il désigne une jeune entreprise innovante avec un fort potentiel de croissance.

Qu’est-ce qu’une innovation ? C’est un produit, un procédé, un système ou une technologie qui disrupte les solutions existantes sur le marché. Et l’objectif d’une start-up c’est de ne plus être une start-up. Car quand on réussit à sortir de ce statut, cela veut dire que l’entreprise a grandi, et qu’elle se pérennise.

Dans le secteur de la santé, les innovations se traduisent par des casques de réalité virtuelle thérapeutique à destination des patients pour lutter contre la douleur, des nouvelles biothérapies comme les anticorps monoclonaux ou CRISPR-Cas9, ou encore des robots pour aider des malades de Parkinson à mieux maîtriser leurs mouvements. Le marché des biothérapies est en plein essor. En 2006, les ventes ont été évaluées à 78 milliards de dollars, puis 179 milliards de dollars en 2014, pour atteindre 300 milliards en 2020 (estimation du cabinet de recherche Evaluate Pharma). Du côté des dispositifs médicaux, 94% des entreprises sont des PME (Source : Ministère de l’Industrie, juin 2011). Par ailleurs, un nouveau règlement des DM, applicable en mai 2020 vient renforcer le contrôle et la surveillance de leur mise sur le marché.

Depuis toujours, l’industrie pharmaceutique constitue un secteur économique colossal. En France, le chiffre d’affaires des entreprises du médicament en 2018 s’élève à 55,9 milliards d’euros, dont 27 milliards d’euros à l’exportation (Source : LEEM). En 2015, 4,5 milliards d’euros ont été investis dans la recherche et le développement, soit près de 10% du chiffre d’affaires des entreprises (Source : Ministère de la Recherche).

Les 10 premières entreprises pharmaceutiques mondiales en 2018 (Source : IQVIA)

Il n’est pourtant pas question d’opposer la « Start-Up Nation » à l’industrie déjà existante. Les grands groupes aussi expriment cette volonté de développer des produits et services autour d’un seul et même objectif : innover. Ainsi, Pfizer lance en 2018, en partenariat avec l’Institut du Cerveau et de la Moelle (ICM) le Pfizer Healthcare Hub France, un programme d’accélération pour les startups françaises du digital et des nouvelles technologiques numériques. Le but ? Aider à financer ces nouvelles entreprises utilisant le digital pour améliorer le service du parcours de soin et de la qualité de vie du patient.

Appel à projet de l’accélérateur Pfizer Healthcare Hub France

Ce n’est pas le seul programme de ce type en France. L’ICM possède également un autre incubateur : iPEPS qui signifie « Incubateur et Pépinière d’Entreprises Paris-Salpêtrière ». En partenariat avec Station F (Paris 13ème), le plus grand campus de start-ups du monde créé par Xavier Niel, le programme iPEPS incube des jeunes pousses dans le secteur du healthcare/medtech.

Station F, l’incubateur de Start-ups créé par Xavier Niel

Et pourquoi ne pas faire son alternance/stage dans une start-up ?

Vu de l’intérieur, être un startuper, c’est avoir beaucoup de travail. Enormément de travail.

Mais c’est surtout l’opportunité d’élargir ses compétences en touchant à tous les domaines. En plus des missions attitrées, on apprend à pitcher pour vendre ses produits, on travaille sur la structure et le fonctionnement de l’entreprise, on donne son avis sur le contenu du site Internet…C’est une expérience à part entière, une sorte de formation accélérée qui nous propulse dans l’univers des entrepreneurs, toujours en continuant à appliquer les normes que requiert l’industrie pharmaceutique.

Les points très positifs

Les points un peu moins positifs mais qui sont en réalité bénéfiques

  • Autonomie

  • Extrêmement formateur

  • Environnement moderne

  • Participation active au développement de l’entreprise

  • Il y a toujours du travail -> on ne s’ennuie jamais

  • L’anglais est quasi indispensable ->l’occasion de devenir bilingue

  • Entreprise moins structurée -> plus de liberté dans la prise de décision

Exemple de métiers de l’industrie qu’on retrouve dans les start-ups santé :

  • Chargé d’Assurance Qualité

  • Chargé de Qualification/Validation de systèmes informatisés

  • Chargé d’affaires réglementaires

  • Responsable R&D

  • Product Owner

Et bien d’autres encore…


  • -

Entretiens de motivation d’entrée en Licence TECSAN 2019-2020


Vous avez déposé un dossier de candidature pour accéder en Licence 2 Technologies pour la Santé à la rentrée 2019-2020. Si votre candidature est retenue, vous serez convoqué pour un entretien le 16 juillet prochain.

Cet entretien se déroulera en deux parties :

  • Une première partie présentation de l’étudiant (exposé du candidat sur ses études, son expérience professionnelle et ses motivations pour les métiers des technologies pour la santé) d’une durée de 5 minutes
  • Une deuxième partie entretien avec le jury de 5 minutes

Seront à disposition un ordinateur et un vidéo-projecteur. Vous pourrez ainsi effectuer votre présentation en vous appuyant sur un support visuel.

Cette année une trentaine de candidats seront convoqués et douze places seront à pourvoir dans la licence. Donnez-vous le maximum de chance en préparant cet entretien.

Quelques conseils pour vous préparer :

Concernant la présentation de votre parcours, sachez que la plupart des candidats auront effectué et validé une PACES. Cela signifie que les profils étudiants seront similaires.

Pour vous démarquer, la meilleure des façons est encore de rester fidèle à vous même. Mettez en avant les choix qui vous ont poussé à faire des études de santé et éclairez le jury sur la manière dont vous voulez rebondir après les résultats de PACES.

Renseignez-vous sur les grandes orientations possibles proposées par le cursus TECSAN et les compatibilités avec les industries de santé. Cela vous aidera à dessiner un projet professionnel.

Votre expérience professionnelle est probablement faible, mais vos expériences extra-professionnelles viennent aussi renforcer vos compétences. A vous de les mettre en avant habilement afin de valoriser votre profil.

L’usage de support visuel pourra apporter de la fraîcheur et de la lisibilité au jury qui recevra des candidats tout au long de la journée. N’hésitez pas à vous appuyer dessus afin de donner plus de relief à votre présentation.

Attention, le jury pourra mettre fin à votre présentation si vous dépassez les 5 minutes. S’entraîner reste le meilleur moyen de respecter le temps imparti et pourra également vous aider, le cas échéant, à canaliser votre stress.


Concernant la partie questions, gardez à l’esprit (qu’hormis les possibles questions de connaissances fondamentales) il n’y aura pas de bonne ou de mauvaise réponse aux questions du jury.

Des questions peuvent déstabiliser mais ce ne sera en aucun cas afin de vous piéger mais pour faire ressortir votre personnalité et votre motivation.

Le mieux est encore d’être authentique. Soyez à l’écoute et répondez le plus franchement et pertinemment aux questions posées.

Bonne préparation à vous.

Rédacteur : Benoît Bouzaid, Gestionnaire TECSAN


  • -

Inscriptions en Master Sciences du médicament, parcours Technologies pour la santé (TECSAN)

A partir du 18 mars 2019, les candidatures pour intégrer le Master TECSAN – année universitaire 2019-2020, seront ouvertes.
Pour déposer votre candidature, il vous faudra vous connecter sur le service Apoflux.

Tout candidat devra impérativement initier son dépôt de candidature avant le 18 avril 2019
Les pièces justificatives mentionnées sur Apoflux (Dossier, CV, Lettre de motivation, Diplôme(s), relevés de notes, etc…) devront être téléversées.
Le dossier de candidature devra être complété et déposé en ligne avant la date du 25 avril 2019

Une première sélection sur dossiers aura lieu. La réponse à cette sélection sera communiquée entre le 2 et le 7 mai 2019.
Les entretiens finaux de sélection auront lieu par la suite les 22 et 23 mai 2019.

Vous trouverez le tableau récapitulatif des dates à retenir ci-dessous :

Calendrier 2019 des candidatures

Ouverture du serveur d’inscription
APOFLUX
Constitution du Dossier  

Du 18 mars

au 18 avril

Pièces à fournir
indiquées sur APOFLUX
Clôture finale des candidatures Dépôt du dossier 25 avril
Commission de sélection Évaluation :

  • des notes
  • de l’adéquation projet pro/formation
  • des motivations
  • des stages/jobs précédents
2 mai
Entretiens Entretien oral de motivation
jury constitué de professionnels et d’universitaires
22 et 23 mai
Résultats Communications aux candidats 29 mai

La capacité d’accueil du Master est de 15 places.
Il n’y a qu’un mois pour réaliser cette démarche alors n’attendez pas le dernier moment.

A vos agendas !


  • -

Let’s talk like a TECSAN (Texan) – Apéros langues

 

Un mardi sur deux, les étudiants du master 2 TECSAN se retrouvent au Zig-Zag Café pour rencontrer de nouvelles personnes, et parler des langues étrangères !

Le principe : vous vous asseyez autour d’une table, prenez une bière voire un jeu de carte et vous parlez la langue de votre choix.

Que vous soyez bilingue, fluent ou juste débutant, cela reste une bonne occasion d’exercer une autre langue dans un contexte moins formel et moins fermé que l’école !

Ces Afterworks ont pour objectif de perfectionner notre anglais, de discuter avec des personnes du monde entier, qui ne parlent pas forcément français, de découvrir de nouvelles cultures, et de se familiariser avec les différents accents (ce qui n’est pas toujours évident !). 

 

 

Voici un petit témoignage de quelques étudiants du M2 TECSAN suite à leur participation aux apéros langues :

 

« Etant chargée des afterwork en anglais, j’ai recherché sur internet et facebook les associations et évènements qui existaient, j’en ai trouvé plusieurs et j’ai sélectionné l’apéro langue car j’ai trouvé le principe sympa : se réunir autour d’un verre et discuter…  mais avec la langue que l’on choisit ! Cette année, le but pour nous est de parler anglais mais on peut très bien discuter en espagnol, allemand ou d’autres langues suivant les personnes sur place ». Lorine de Prémonville

« J’ai beaucoup discuté avec une Irlandaise, cela m’a permis de me rapprocher de mes origines. On retrouve beaucoup d’étrangers, j’utilise du vocabulaire de tous les jours mais aussi du vocabulaire plus spécifique suivant la discussion.  En deux heures autour d’un verre, on apprend énormément. Super sympa ! expérience à renouveler ». Nicolas Morris

« Je suis restée près d’une heure, c’était rafraîchissant de rencontrer des gens d’horizons différents et de discuter en anglais ». Anda Jelic

« Après avoir fait une année d’erasmus à Berlin, j’étais contente de rencontrer de nouveaux étudiants qui viennent à leur tour faire leur Erasmus à Bordeaux. J’ai beaucoup aimé le principe. J’ai parlé anglais pendant une heure puis j’ai rencontré des allemandes avec qui j’ai beaucoup discuté. Elles me parlaient en français, et je répondais en allemand. Chacune corrigeait les fautes de l’autre ! un très bon moyen pour progresser dans une langue ! » Cécile Buisson

 

Rédacteur : Cécile BUISSON Promotion 4 TECSAN


  • -

Passerelle TECSAN-Pharmacie

Zoom sur un parcours atypique, celui de Camille Louvet

 

Après son diplôme de Master 2 TECSAN Camille s’est lancée un nouveau défi : faire des études de Pharmacie ! Nous lui avons posé quelques questions afin de mieux comprendre cette démarche et découvrir à quel point la formation TECSAN l’a propulsée dans cette nouvelle direction.

 

Camille, ton parcours est plutôt atypique, peux-tu revenir dessus en quelques mots ?

« Après avoir échoué au concours PACES, j’ai soumis ma candidature à la licence TECSAN. En effet, ce cursus constitue une alternative pour les étudiants reçu-collés de PACES. Il proposait un contenu scientifique orienté santé et incluait des stages en entreprise, ce qui m’a beaucoup intéressée. Lors de mes stages de licence, je me suis orientée vers l’Assurance Qualité en milieu de production au sein de Sanofi. Puis j’ai poursuivi mes études avec le master TESCAN grâce auquel j’ai réalisé deux années d’apprentissage en Affaires Réglementaires toujours chez Sanofi. Aujourd’hui, grâce à une passerelle, j’ai rejoint la deuxième année des études de Pharmacie.

 

Pourquoi avoir choisi de faire cette passerelle ?

« Même si j’ai beaucoup apprécié travailler au sein du milieu industriel pharmaceutique, il me manquait le contact patient. C’est pour cela que j’ai décidé de présenter la passerelle d’entrée en deuxième année des études pharmaceutiques, mon objectif étant de devenir Pharmacien d’officine.

 

Cette décision fut-elle difficile à prendre ? L’avais-tu murie depuis longtemps ?

« Cette décision fut difficile à prendre dans le sens où, au cours de ma période d’apprentissage de master, j’ai acquis de réelles compétences, un métier qui me plaisait, et j’ai adoré ma formation au sein du cursus TECSAN. Cependant, je savais pertinemment ce que je voulais faire, le métier de Pharmacien d’officine était pour moi une évidence. Quand on tente la passerelle, il faut être sûr de ses motivations et aussi avoir un but professionnel bien précis, car on repart quand même pour cinq ans d’études sans salaire (sachant que pendant mon apprentissage en Master, j’étais totalement autonome financièrement). Donc oui, j’y ai longuement réfléchi et j’en avais même parlé à Mme Bestel (Directrice de la formation TECSAN) qui m’a encouragée dans ce choix. Mais de toute façon, avant d’avoir la réponse pour la passerelle, je me disais déjà : Camille si tu ne l’as pas, ce n’est pas grave, tu as tout tenté mais dis-toi que tu as quand même la chance de pouvoir travailler dans un secteur qui te plait. »

 

Y a t’il un lien plus ou moins étroit entre les études Pharmacie et TECSAN ?

« Pour l’instant je ne suis qu’en deuxième année, je ne peux donc que comparer les matières que j’ai eu au cours de mon premier semestre de Pharmacie. Mais en effet, j’ai eu beaucoup de matières, travaux pratiques, ainsi que certains professeurs déjà rencontrés en licence. Après il faut se méfier, la charge de travail est quand même importante, et il y a certains cours que je n’avais pas vus depuis quatre ans ! De plus, se retrouver dans un amphithéâtre n’est pas la même chose que dans une classe avec un professeur pour 10 personnes. C’est maintenant que je me rends compte qu’en TECSAN, nous étions très privilégiés et que nous avions beaucoup de chance ! »

 

En quoi les études TECSAN t’ont-elles aidée pour cette passerelle ?

« J’ai acquis une certaine maturité grâce à cette expérience professionnelle que peu de formations peuvent offrir actuellement. Sans TECSAN, je ne pense pas que j’aurais franchi le pas pour candidater à cette passerelle. Je pense aussi que le fait d’avoir pu suivre des enseignements qui sont en adéquation avec ceux des études de Pharmacie et d’avoir pu travailler dans une industrie pharmaceutique a intéressé le jury. Sans cette formation, je ne pense pas non plus que j’aurais eu la chance d’accéder à cette passerelle. »

 

Le monde du travail ne te manque t’il pas trop ?

« Je suis tellement ravie d’avoir pu entrer en deuxième année de Pharmacie que je n’y pense pas réellement. Depuis Septembre, je n’ai jamais remis mon choix en question. De plus, grâce au 5ème forum des carrières pharmaceutiques qui s’est déroulé le 30 janvier dernier à la faculté de Bordeaux, j’ai pu assister à de nombreuses conférences. Et cela m’a encore plus motivé à devenir Pharmacien d’officine.
En revanche, Sanofi a fait partie intégrante de ma vie, donc les personnes que j’ai pu rencontrer et les moments partagés avec eux me manquent forcément. »

 

Quelles ambitions as-tu pour plus tard ?

« Mes ambitions seraient déjà, dans un premier temps, de réussir au mieux mes examens tout au long de mes études, et une fois Thésée, de devenir Pharmacien d’officine, et pourquoi pas un jour de posséder ma propre officine ! »

Cet échange nous a permis de constater que grâce à l’expérience et à la maturité acquises au cours de la formation TECSAN, Camille a osé franchir le pas. Elle s’était déjà dirigée vers un domaine qui lui plaisait, et grâce auquel elle a finalement pu orienter ses projets vers une profession exclusivement accessible par les études de Pharmacie. Nous lui souhaitons tout le meilleur : réussir dans ses études et atteindre ses objectifs professionnels !

 

Rédactrice : Laura CHABOT Promotion 4 TECSAN


  • -

Visite de l’ISDND Veolia de Lapouyade

 

Dans le cadre d’un projet QHSE (Qualité Hygiène Sécurité Environnement), un petit groupe d’étudiantes de Master 2 TECSAN est allé visiter l’installation de stockage des déchets non-dangereux (ISDND) de Veolia à Lapouyade. Il s’agit de la 5ème plus grosse ISDND en France ; elle traite la majorité des déchets de Gironde.

 

Un site tel que celui-ci a pour objectif de stocker les déchets ultimes, c’est à dire, les détritus ne pouvant être ni transformés, ni recyclés. Les déchets stockés peuvent être de type ménagers, mais également industriels, ou encore provenir du bâtiment par exemple. Cela représente 430 000 tonnes de déchets par an.

A leur arrivée sur le site, les camions sont passés au crible : poids et radioactivité. Il est primordial que les déchets arrivent déjà triés afin que ces critères soient respectés ; ils pourront ainsi vieillir de la manière la plus respectueuse de l’environnement possible.

 

Des casiers d’enfouissement sont creusés à 15 mètres de profondeur où les déchets sont versés, compactés, puis recouverts. Le stockage des déchets provoque la formation de biogaz, et notamment de méthane, très nocif pour la couche d’ozone… Pour cette raison, des systèmes de captage des biogaz sont placés à des points stratégiques, ils sont alors revalorisés en électricité, jusqu’à 99% du biogaz est capté !

 

Une partie de cette énergie est transformée en chaleur permettant de traiter les lixiviats. Il s’agit de l’eau ayant été en contact avec les déchets enfouis. Ces lixiviats sont collectés et traités de manière à éliminer toutes les impuretés jusqu’à ce qu’ils deviennent inertes.

 

Afin d’utiliser au mieux l’électricité produite, le site s’est lancé un défi depuis 2015 : aller vers une économie circulaire. C’est à dire produire des denrées alimentaires à partir de déchets générés par l’homme. Ainsi, deux serres accueillent chacune 104 000 pieds de tomates à proximité de l’ISDND. Celles-ci sont chauffées directement à partir de l’électricité produite à partir des biogaz. Ces serres ont pour avantage de produire des tomates Ecocert, c’est à dire sans aucun pesticide ou herbicide (utilisation de punaises pour tuer les insectes). 5 600 tonnes de tomates sont alors récoltées à chaque production. Un autre point positif fut la création de nombreux emplois autour cette nouvelle activité (75 personnes pour chaque serre).

 

Vous l’aurez compris, pour que nos déchets puissent être revalorisés au maximum, veillez à faire le tri !

 

Rédactrices : Emilie MILHEIRO et Laura CHABOT Promotion 4 TECSAN