Category Archives: Entreprise

  • -

Table Ronde Tecsan du 24 janvier 2019

 

Le 24 janvier 2019 s’est déroulée une table ronde à l’Université de Bordeaux, organisée par des étudiants en Licence 3 TECSAN. Le but étant de débattre autour de plusieurs sujets d’intérêt commun, l’ensemble des étudiants des Licences 2 & 3 étaient présents. Trois industriels sont également venus partager leurs expériences et points de vue :

Frédérique BORDES-PICARD : Business Development Manager chez Lonza Pharma Biotech
Alexandre MIDA : Business Partner chez MSD Santé Animale
Basile ALONSO : Data Analytic Project Manager chez IBM Sourcing Procurement

 

1- LA VIE EN ENTREPRISE
Au sein d’une entreprise, il faut comprendre que les compétences ne sont pas suffisantes, le savoir-être est indispensable pour s’intégrer dans une équipe. Personne n’est parfait mais il est nécessaire de mettre en avant ses qualités, de s’investir et surtout d’aller chercher l’information. En effet « dans 95% des cas, un projet échoue à cause d’un manque de communication » selon Alexandre MIDA.
Concernant l’évolution professionnelle, les parcours de nos intervenants sont très variés.
L’essentiel à retenir est que la planification d’une carrière selon nos idéaux n’est absolument pas nécessaire.
Le monde de l’entreprise évolue constamment, de nouveaux métiers apparaissent. D’après Basile ALONSO « il ne faut pas voir à trop long terme, certaines rencontres de vie peuvent tout changer ».
Être attentif et ouvert d’esprit sont les points clefs pour évoluer et saisir les opportunités.


2- LE STAGE EN ENTREPRISE
L’attente principale des étudiants est d’apprendre un métier en étant intégré au sein d’une équipe, tout en répondant au besoin d’une entreprise.
« Soyez ouverts, sortez de votre zone de confort et sachez évoluer ! » Frédérique BORDES-PICARD

Pour cela, il est important de se connaître soi-même afin de réaliser une mission qui nous plait pour être le plus performant possible.

Pour rechercher un stage, plusieurs outils sont mis à notre disposition dont le réseau social LinkedIn qui est en pleine expansion. Basile ALONSO conseille d’avoir un profil à jour car il faut savoir que certaines entreprises recrutent uniquement par ce moyen.
Lorsque l’on postule, notre candidature doit parler du domaine visé tout en faisant la différence. Quand on a peu d’expérience, il est recommandé de mettre dans son CV une rubrique contenant le programme de l’année, les compétences que l’on aura acquises avant le début du stage.
De plus, il est préférable d’aller à un entretien en ayant des questions à poser sur les missions proposées ou même sur l’entreprise, cela témoigne d’une projection dans l’avenir.
Bien entendu, prendre le temps de remercier chaque personne contactée est indispensable.

En tant que stagiaire, montrer son intérêt pour l’entreprise en étant actif en permanence est primordial. Il est fortement déconseillé d’être solitaire, au contraire oser demander de l’aide et être
curieux du travail des autres est une véritable force.


3- COMMENT EXPLIQUER LA MÉFIANCE DU PUBLIC VIS-À-VIS DE L’INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE ?
COMMENT Y FAIRE FACE ?
Peu de personnes prêtent attention à l’entreprise fabricante avant d’utiliser un médicament. Par contre, une méfiance vis-à-vis des génériques par rapport aux princeps est mise en évidence du fait
d’un manque de connaissances du public. Un constat est fait en parallèle : l’information rend plus critique sur le choix d’un médicament pour une même maladie, une personne plus renseignée a
tendance à choisir un médicament présentant peu d’effets indésirables et ne faisant pas l’objet de scandales publics.

Le médicament n’est pas un produit de consommation courante. Par conséquent, il ne faut pas oublier que la meilleure consommation de médicaments et autres produits de santé, est celle
limitée aux besoins strictement nécessaires.
En l’occurrence, il y a de réelles différences dans la réglementation. Le marketing pharmaceutique présente un produit sous son meilleur jour mais ne doit pas cacher d’informations. Il s’adresse à un public d’autant plus exigeant qu’il est expert, il attend donc des preuves tangibles et chiffrées.

Au final, la mésinformation est l’ennemie de la confiance. Les industries devraient être plus transparentes au sujet du développement de leurs produits.
En parallèle, il est important que le public fasse confiance aux professionnels de santé en limitant l’influence des sources d’informations comme Doctissimo, qui est le site de santé le plus visité.
Enfin, la lancée actuelle tente d’établir la confiance entre ces deux acteurs de santé.
Certaines mesures ont été mises en place comme l’obligation de prescrire les médicaments en Dénomination Commune Internationale mais il reste encore de nombreuses pistes d’amélioration.

L’équipe organisatrice souhaite à nouveau remercier
les participants à cet échange enrichissant.
Maixan ALDEBERT DUBUS – Lina BENAZZOUZ – Hugo CAMPAGNE
Candice DELCOURT – Alexandre MESTRE – Isaure TETARD


  • -

Forums et recrutement

A l’occasion du salon d’orientation AQUITEC qui s’est tenu à Bordeaux, le 12 et 13 octobre 2018, les étudiants du cursus TECSAN ont fait la rencontre de Madame Ludivine DELPEYROU, représentante du LEEM, qui a répondu aux questions de Stella, étudiante du cursus.
Madame DELPEYROU est présente lors de différents salons, pour présenter les formations en apprentissage, rencontrer les futurs étudiants, y compris les futurs TECSAN et pour finir, présenter le secteur de l’industrie pharmaceutique et de la santé.

 

A quels salons le LEEM était présent cette année ? A qui s’adressent les salons ?

 Cette année, le LEEM a fait un tour de France, puisqu’il était présent sur 10 salons. Les salons permettent aux étudiants qui y assistent d’obtenir des informations générales lorsque ces derniers ne sont pas encore dirigés dans un choix d’étude, ou d’obtenir des informations spécialisées pour ceux déjà engagés dans des formations du secteur de la santé.

Ludivine nous a expliqué plus en détail la différence entre ces deux types d’orientation :

« Les salons dits généraux, offrent aux étudiants une introduction au monde de la santé, ainsi ils vont pouvoir trouver des renseignements sur les différents métiers de l’industrie pharmaceutique et le parcours à suivre », alors que « les salons spécialisés, ciblent les étudiants ayant un niveau bac +4 ou 5, qui cherchent à trouver des renseignements précis sur les différentes filières de l’industrie pharmaceutique : R&D, production, affaires réglementaires, assurance qualité … ». L’offre de formations pour ces filières est généralement en apprentissage.

Pour finir, lors de ces salons, vous avez la possibilité d’assister à des conférences et d’obtenir les réponses à vos questions.

 

En parallèle des salons vous gérez de nombreuses formations en alternance avec le LEEM. Quels parcours sont accessibles et à quel niveau ?

Nous recrutons à plusieurs niveaux des élèves qui sont orientés vers la chimie, la biochimie, la biotechnologie et plus largement le domaine de la santé.

Les élèves à niveau post-bac peuvent s’intéresser aux formations de type DEUST et Licence Pro ; les élèves de PACES et de L3 peuvent s’intéresser à la formation TECSAN et enfin, les étudiants de Pharmacie peuvent regarder les formations de Master spécialisés. La liste complète des formations soutenues par le LEEM peut être consultée sur leur site.

 

Vous êtes conseillère en apprentissage – quels conseils pour trouver son apprentissage ?

Les conseils de Ludivine : « il faut surtout être mobile afin de ne pas se fermer des portes en cherchant uniquement dans sa région. Vous pouvez baser vos recherches sur les grosses régions de recrutement en France, notamment l’Ile de France, l’Auvergne et la région Rhône-Alpes. »

« Il est également important de s’y prendre assez tôt. Dès les mois de février – mars, les entreprises commencent leur recrutement. Vous pouvez également chercher en amont les entreprises auxquelles vous souhaitez envoyer des candidatures spontanées afin d’être réactif le moment venu. »

 

Vous accompagnez également les étudiants qui suivent les formations du LEEM – Avez-vous des conseils à donner pour réussir son alternance ?

 Le premier point essentiel est la communication. L’étudiant interagit de manière très proche avec plusieurs entités : Le LEEM, les responsables de formation et les responsables en entreprise. Vous devez savoir communiquer de manière transverse pour le bon déroulement de votre apprentissage.

L’alternant doit également savoir s’organiser. Vous gérez plusieurs emplois du temps avec des échéances multiples, il faut donc savoir gérer les priorités afin de ne pas se laisser déborder.

De plus, il n’est jamais trop tôt pour préparer la suite. Pour cela l’alternant peut essayer de visiter les différents sites de son entreprise et s’informer sur les différentes activités afin d’être prêt, le moment venu, à négocier un emploi en fin d’apprentissage.

Le mot de la fin …

Si des alternants ont besoin d’aide, il ne faut pas hésiter à contacter Madame DELPEYROU. Elle peut les soutenir dans leurs démarches notamment lors de l’intégration des étudiants en formation (entretiens, dossiers, CV). En toute fin d’apprentissage, Madame DELPEYROU peut également les épauler pour la préparation des entretiens et la négociation de salaire.

 

Rédactrice : Stella HOMER – Promotion 5 TECSAN


  • -

La validation informatique en pharmaceutique

Pourquoi la validation informatique est-elle essentielle pour les industries pharmaceutiques ?

Depuis quelques années les systèmes informatisés occupent une place importante dans les industries pharmaceutiques et font partie du système qualité de l’entreprise. Par leur impact direct sur la santé des patients, la qualité du produit et l’intégrité des données, l’utilisation de ces systèmes doit répondre à de nombreuses exigences présentes dans les textes réglementaires (FDA 21 CFR part 11, EMA annexe 11 des BPF) et ont donné naissance à de nombreux guides (GAMP 5, CoBiT, PICS).

 

Qu’est-ce qu’un système informatisé ?

Le système informatique se caractérise par l’association d’une partie matérielle (hardware) et d’une partie logicielle (software). Celui-ci est associé à des procédures, au personnel et éventuellement l’équipement. Le système informatisé est représenté par cette partie processus liée au système informatique.

 

Il existe de nombreux types de systèmes informatisés :

  • Logiciels non configurés disponibles en l’état et commercialisés dans un but opérationnel direct (Produit informatique standard COTS)

 

  • Logiciels configurés qui possèdent différents modules et sont entièrement configurables pour s’adapter aux besoins de l’utilisateur (Système de gestion de l’information du laboratoire LIMS)

 

  • Logiciels personnalisés qui ont un risque d’utilisation le plus élevé en environnement réglementé (Interfaces développées en interne ou en externe)

 

Qu’est-ce que la validation ?

Selon le PICS c’est un système documenté qui apporte un haut degré d’assurance que le système informatisé fournira de manière régulière un résultat conforme à des critères d’acceptation prédéterminés.

Le GAMP 5 propose une définition globale de la validation représentée par les étapes de vérification (Qualification d’Installation, Opérationnelle, Performance) toujours associées aux étapes de spécifications (cahier des charges, spécifications fonctionnelles et techniques) afin de déterminer si elles sont satisfaites. Ces étapes ont un niveau de détail adapté à la criticité et à la complexité des systèmes.

 

Quel est le rôle principal d’un consultant en validation des systèmes informatisés ?

C’est d’apporter la preuve que les systèmes informatisés sont maîtrisés et en conformité avec le système Qualité. L’étendue de la validation est basée sur une évaluation justifiée et documentée des risques liés au système informatisé.

Rédactrice : Emilie Milheiro Promotion 4 TECSAN et apprentie chez  


  • -

Interview de Sonia Aberlin, Responsable Assurance Qualité en R&D chez Vetoquinol

Interview réalisée par des étudiants de licence TECSAN, le 22 septembre 2017, à l’occasion de la cérémonie de remise des diplômes de la troisième promotion TECSAN .

 

Bonjour, Mme. Aberlin pourriez-vous brièvement vous présenter s’il vous plaît ?

Je m’appelle Sonia Aberlin. Je suis responsable de l’assurance qualité en R&D, chez Vetoquinol. Il s’agit d’une industrie pharmaceutique vétérinaire.

Que pensez-vous du cursus TECSAN dans sa globalité ?

J’ai été agréablement surprise par cette formation parce que je n’imaginais pas que ce type de cursus « à la carte » existait à l’heure actuelle.  Comme je l’ai précisé, lors de la cérémonie de remise des diplômes, je suis particulièrement admirative de Mme Bestel qui doit trouver et combiner les diverses unités d’enseignement.

Vous avez vraiment beaucoup de chance de bénéficier d’une formation aussi bien adaptée à vos projets professionnels. Vous aurez ainsi une vision concrète de votre futur métier.

Le cursus est complet et comprend un aperçu global de tous les sujets. Il vous permet ensuite d’approfondir vos connaissances dans le secteur que vous avez choisi. C’est donc en toute connaissance de cause et avec une première expérience que vous allez pouvoir aborder la vie professionnelle.

Connaissiez-vous la formation avant qu’un étudiant ne postule chez vous ?

Pas du tout ! En fait, j’ai découvert la formation TECSAN par l’intermédiaire de notre Directeur R&D qui connaissait un membre de l’équipe pédagogique. Ensuite, nous avons été mis en relation avec les responsables de la formation et puis vous connaissez la suite…

Qu’est-ce qui distingue selon vous l’alternant TECSAN d’un alternant d’une autre formation ?
Quels sont ses points caractéristiques ?

Lorsque j’ai assisté à la première soutenance, j’ai été surprise par l’assurance des étudiants TECSAN. Ils font preuve d’une maturité que je n’ai pas rencontrée dans d’autres cursus.  Les mises en situation, le fait que vous fassiez du théâtre, entre autres, vous donnent certainement beaucoup d’assurance et au final il en ressort un vrai professionnalisme.

Pensez-vous reprendre un étudiant TECSAN à l’avenir ?

Oui ! Si nous en avons l’occasion.   En fait, tout dépendra du budget et de la volonté de l’entreprise, mais effectivement il s’agit d’une formation que je vais recommander à l’avenir.

 

Réalisée par Arnaud ROVINSKI, Promotion 6 TECSAN 


  • -

Table Ronde 11/2/2016

«Dans l’industrie pharmaceutique, il n’y a pas que des scientifiques, elle est assez polyvalente, très transversale et tout profil.»

«La curiosité, l’écoute du client, avoir une vision stratégique, un coup d’avance, une capacité d’adaptation, de l’empathie, ce sont des points essentiels car on est face à un marché très stratégique et très concurrentiel.»

Invités

M. Thierry Cousin

Responsable régional Affaires Publiques chez BMS en Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes

M. Paolo Meoni

Secrétaire général à Bordeaux Recherche Intégrée Oncologie : programme de recherche financé par l’Institut National du Cancer

  • -

Table Ronde 9/2/16

«Trois intervenants, trois parcours différents mais le maître mot reste la passion! Travailler dans différents secteurs peut aider à choisir son orientation et les stages à l’étranger ne peuvent qu’être bénéfiques pour les étudiants! Gardez l’esprit ouvert et ne fermez pas la porte à aucune opportunité pour pouvoir avancer!»

Invités

Mme Sandrine Chabas

Ingénieur d’études au sein du laboratoire ARN
INSERM – CNRS

Mme Véronique Guyonnet

Ingénieur d’études et gestionnaire de la plateforme de vectorologie
INSERM – CNRS

M. Jean-William Dupuy

Ingénieur d’études au sein de la plateforme technologique
Centre Génomique Fonctionnel – CNRS